Hôtellerie : standards sanitaires et fleurs, la solution Rodanthe

Coronavirus et nouveaux standards sanitaires : la place des fleurs en hôtellerie

L’impact du coronavirus sur les mesures sanitaires à appliquer au quotidien est réel. La distanciation sociale et la réduction des interactions font désormais partie des impératifs dans le secteur de l’hôtellerie de luxe. Face à ces nouveaux standards sanitaires nécessaires, Rodanthe propose une solution pratique et sûre en matière de fleurs et de décoration.

Les fleurs fraiches et les standards sanitaires

La plupart des grands groupes d’hôtellerie ont déjà annoncé au mois d’avril 2020 la mise en place de nouveaux standards sanitaires pour leurs établissements. Ce afin de garantir une sécurité optimale à leur clientèle, mais également à leurs collaborateurs.

Ces mesures, qui favorisent notamment une accentuation des règles d’hygiène, avec des désinfections régulières et poussées, intègrent également la question de la distanciation sociale.

Cette notion impacte l’ensemble des secteurs, qu’il s’agisse des commerces de prêt-à-porter, des services ou encore des transports aériens. En hôtellerie et dans la restauration, des solutions vont également devoir être trouvées. Cela comprend notamment la mise en place de distances sociales minimales, mais aussi la limitation des interactions, dans la mesure du possible.

Comme tous fournisseurs des établissements, les fleuristes sont concernés par ces mesures et ces contraintes, habitués à livrer de façon hebdomadaire ou bi-hebdomadaire les hôtels, interagissant ainsi régulièrement avec les collaborateurs.

Les interactions les plus directes, comme une poignée de mains, pourront facilement être limitées, mais les indirectes, telles que les simples allées et venues pour déposer les fleurs, les vases et fleurs touchés pour la préparation, l’eau qui doit être vérifiée, les vases nettoyés… sont autant de petits gestes courants qui sont difficiles à limiter et à réguler.

Coronavirus et nouveaux standards sanitaires : la place des fleurs

Apporter plus de sécurité en limitant les interactions

Ces prochains mois seront désormais marqués par un nouveau paradigme dans les interactions, aussi bien entre collaborateurs qu’avec la clientèle, qui sera soucieuse du sérieux du respect des nouvelles normes sanitaires.

Face aux incertitudes de propagation, chaque mesure prise pour limiter ces interactions est un pas de plus vers la limitation du virus, et donc vers un retour de plus en plus proche vers une activité normale.

La place de la fleur dans ce nouveau cadre de vie doit être alors revue, repensée, et s’intégrer au sein des standards qui sont mis en place. Notre solution de décoration, en fleurs naturelles mais stabilisées, permet d’éviter les contraintes de la fleur fraiche, notamment dans le cadre de la crise sanitaire, et des mois qui vont suivre le déconfinement.

Chaque bouquet se conservant jusqu’à 6 mois, il est ainsi possible de réduire les interactions par 25, voire par 50 dans le cas de fleurs changées 2 fois par semaine.

En effet, chaque bouquet est alors renouvelé tous les 6 mois, ce qui se matérialise par une interaction en 6 mois, contre 25 ou 50 avec des fleurs fraiches. C’est 50 fois moins de risques de propager le virus, et donc une protection supplémentaire pour les collaborateurs et la clientèle.

L’unique interaction, qui peut être de 2 ou 3 si la fréquence de renouvellement est de 2 ou 3 mois, peut aussi être réduite à zéro avec notre option de livraison des bouquets sur place, prêts à déposer en vase.

Réduire le gaspillage, un impératif en devenir

Pour un certain nombre d’observateurs, cette crise sanitaire dépasse les notions purement médicales, et se traduit par une volonté de changement, dans les valeurs des entreprises, et dans leurs habitudes.

Bien qu’indépendantes du coronavirus, les problématiques de la responsabilité environnementale, et du gaspillage, déjà bien intégrées par le secteur de l’hôtellerie, vont refaire surface de façon beaucoup plus soutenues.

La clientèle va chercher davantage de sens dans sa façon de consommer, et de vivre des expériences. Il va ainsi devenir très difficile de défendre par exemple le fait de faire venir des milliers de fleurs chaque semaine par transport routier depuis la Hollande, pour ensuite les jeter quelques jours plus tard..

Notre solution s’inscrit pleinement dans le nouveau paradigme, qui veut en terminer avec les aberrations écologiques et le gaspillage. Avec Rodanthe, il n’y a aucune consommation d’eau, et zéro gaspillage. Les bouquets durent plusieurs mois, puis sont récupérés, puis réutilisés via d’autres activités utilisant les fleurs stabilisées.

L’impact du coronavirus, sur le secteur de l’hôtellerie, mais plus largement sur nos sociétés, sera particulièrement fort, mais il ne va pas se limiter à une réduction de l’activité. Des opportunités seront à saisir, pour développer une expérience en hébergement adaptée aux nouveaux enjeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

);